TECHNIQUE DE LA PROTECTION CATHODIQUE

La corrosion est le phénomène de dégradation d'un substrat métallique par le milieu dans lequel il se trouve placé.

Elle est due à la tendance des métaux à retourner à l'état stable des mineraux naturels:oxydes, sulfates, carbonates,etc.

La corrosion se manifeste sous deux formes principales:

Cette corrosion peut être rendue impossible par la mise en oeuvre d'une Protection Cathodique de l'ouvrage à protéger.

PRINCIPE DE LA PROTECTION CATHODIQUE

La Protection Cathodique d'un ouvrage métallique en contact avec un électrolyte consiste à placer cet ouvrage à un potentiel électrique négatif tel que la corrosion devienne thermodynamiquement impossible.

Comme valeur de potentiel, au dessous duquel l'acier ne peut se corroder dans un milieu ayant un pH compris entre 4 et 9, on admet le critère de -850mV, mesuré par rapport à l'électrode impolarisable au sulfate de cuivre en solution saturée.

Le principe de la Protection Cathodique trouve son application dans la pile élémentaire ou l'une des électrodes (anode) est toujours corrodée alors que l'autre ne l'est pas.(cf. schémas de principe ci- dessous)

Deux méthodes sont utilisées pour rendre un ouvrage cathodique par rapport à une anode extérieure:

Anodes sacrificielle appelée encore anode réactive Soutirage de courant ou dispositif à courant imposé

DISPOSITIONS A PRENDRE

En vue de l'installation de la protection cathodique sur les réseaux de canalisations en acier entérrées ou immergées, les dispositions consistant à assurer une parfaite continuité électrique et à isoler au mieux les conduites en acier doivent être prises:

CONTINUITE ELECTRIQUE DE L'OUVRAGE A PROTEGER

Cette continuité doit être assurée par:

  • le shuntage des joints non soudés: joints à brides, joints caoutchouc, etc... à l'exception des raccords isolants
  • le shuntage des vannes (à l'exception des vannes de vidange) et d'autres organes de robinetterie placés sur les conduites
  • le shuntage, dans certains cas, de deux joints isolants consécutifs quand ceux-ci servent à isoler une vanne ou tous autres appareils hydrauliques motorisés mis à la terre par conception ou par mesure de sécurité.
  • le shuntage des réservoirs, stations de pompage et autres ouvrages risquant de créer une discontinuité électrique des conduites acier.
  • ISOLATION ELECTRIQUE DES CONDUITES

    Cette isolation doit être assurée par:

  • la protection passive de l'ensemble des éléments constituant la canalisation : tubes acier et pièces de raccord doivent recevoir un revetement extérieur de qualité diélectrique équivalent.
  • la suppression des mises à la terre aux extrémités de la canalisation en installant des raccords isolants:
  • la suppression des mises à la terre aux traversées de paroi en conservant dans son intégralité le revetement extérieur du tube acier ou de la pièce spéciale prévus à cet effet. Dans le cas ou l'étanchéité de la traversée nécessite la suppression du revetement extérieur du tube il sera nécessaire d'installer un joint isolant de part et d'autre de la traversée de paroi et de rétablir la continuité électrique par un shunt.
  • Les raccords isolants doivent satisfaire aux conditions de service et de pose de la conduite:

  • tension d'isolement
  • pression de service
  • température de service
  • nature du fluide transporté
  • Selon leurs conditions de pose les raccords isolants seront prévus:

  • sans enrobage extérieur pour pose en élevation en milieu hors d'eau (station de pompage, interieur usine, regard étanche etc...) .
  • avec enrobage extérieur isolant pour pose en entérré ou en regard non étanche et pour pose en immergé.
  •